janvier 23, 2018 Conférences Pas de commentaire

La Ville de Lévis se dote d’une technologie de l’espace pour son incinérateur

 

Dans le cadre du Symposium canadien sur les matières résiduelles, la Ville de Lévis en partenariat avec les entreprises ABB et Élite Technologies présenteront la conférence « Quand les technologies de l’espace sont utilisées pour le contrôle et le suivi des émissions atmosphériques d’un incinérateur ». Ce titre prometteur va permettre à l’auditoire de découvrir une nouvelle technologie de pointe, utilisée dans la lutte contre les changements climatiques.

Comment vous est venue l’idée d’utiliser une technologie de l’espace pour un incinérateur?

L’histoire de Bomem, maintenant ABB, débute avec des visionnaires qui tentaient d’utiliser la spectroscopie infrarouge pour effectuer des mesures météorologiques. Après quelques succès, ils se sont demandés où ils pourraient trouver de nouvelles utilisations pour cette technologie. Ils se sont tournés vers les centres de recherches, mais ont vite réalisé que les industriels avaient de multiples besoins. Ils ont donc créé un instrument beaucoup plus compact et robuste qui pourrait résister à un environnement difficile.

Succinctement cette technologie, quelle est-elle?

Le principe de toute spectroscopie d’absorption est de mesurer la quantité de lumière absorbée par un échantillon, en fonction de la longueur d’onde. Ceci nous permet de déterminer de quoi est fait l’échantillon qualitativement ou de mesurer de façon quantitative les différentes composantes de cet échantillon.

Le principe de la spectroscopie infrarouge par transformée de Fourier est une façon d’obtenir cette information. L’échantillon est illuminé avec un faisceau de lumière contenant une combinaison de multiples fréquences de la lumière et on mesure l’absorption par l’échantillon. Le faisceau est ensuite modifié pour contenir une combinaison de fréquences différentes, on mesure de nouveau l’absorption par l’échantillon et l’opération est répétée de nouveau, de multiples fois. Une fois toutes les données acquises, un ordinateur prend toutes ces données et calcule à rebours pour en déduire l’absorption à chaque longueur d’onde.

Concrètement, à quoi sert cette technologie au quotidien pour la Ville de Lévis?

Cette technologie nous permet de connaître en continu la performance de la combustion dans le four incinérant les déchets et la performance du système d’épuration des gaz. En un coup d’œil, cette vitrine fiable et robuste nous donne l’heure juste sur la qualité de la combustion par le biais de la mesure du monoxyde de carbone et également sur les niveaux d’émissions d’une dizaine de contaminants qui sortent de la cheminée. Avec ces informations en temps réel, les opérateurs sont capables d’identifier les problèmes selon les valeurs mesurées et d’apporter des correctifs très rapidement. On peut donc assurer une protection diligente de l’environnement et une optimisation de l’incinération. C’est maintenant devenu un outil essentiel pour les opérateurs de l’usine.

Cette conférence d’Isabelle Linteau, de la Ville de Lévis, de Paul Chabot, d’ABB et de Luc Sevrette, d’Élite Technologies se déroulera dans la salle Gestion des matières résiduelles 3 le 14 mars à 14 h.

En savoir plus

Propos recueillis par : Marion Audouin, Coordonnatrice Secteurs –  Matières résiduelles | Biodiversité| Section québécoise de la Solid Waste Association of North America, Réseau Environnement

 

Written by Reseau Environnement