février 26, 2018 Conférences Pas de commentaire

Les changements climatiques : un enjeu planétaire, qui appelle à la collaboration

 

L’augmentation de la température à la surface du globe conduit à d’importants changements climatiques. Le Sénégal, comme de nombreux autres pays, subit les conséquences de ces changements  qui engendrent le ralentissement de l’économie, comme l’érosion côtière due à l’avancée de la mer et les inondations. À titre d’exemple, la baisse de la pluviométrie a des impacts directs et néfastes sur la production et les rendements agricoles, en plus d’exposer les populations à des risques récurrents d’insécurité alimentaire. Un enjeu planétaire qui appelle à la collaboration, qui fera l’objet d’une conférence au Carré des affaires, dans le salon d’exposition du Salon des TEQ le 13 mars à 11 h.

Le défi est majeur en raison de la précarisation des conditions environnementales et de la surexploitation de certaines ressources comme celles des eaux et des sols. En effet, on constate que les problématiques liées à la fois aux changements climatiques et à la pression anthropique accrue sur les ressources naturelles ont engendré une dégradation accélérée de l’environnement et ont un impact direct sur les conditions de vie des populations. Dans certaines régions, ces conditions se détériorent à un rythme tel qu’elles génèrent un phénomène de migration de réfugiés climatiques.

1 personne déménage chaque seconde pour des raisons climatiques, ce qui représente 19,3 millions de réfugiés climatiques par an dans 82 pays (2014). Les raisons climatiques sont nombreuses : inondations, moussons, sècheresse, cyclones, désertification, érosion des sols… En 2050, on prévoit 250 millions de réfugiés climatiques chaque année[1].

Les résultats des études laissent à penser que les plus importants défis seront liés à l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des évènements climatiques extrêmes tels que les inondations, les sècheresses et les tempêtes. En plus d’affecter des millions de personnes, ces évènements ont des répercussions sur l’économie mondiale largement intégrée. Par exemple, un épisode de sècheresse en Californie affectera nos approvisionnements en denrées et augmentera les prix.

Vers des solutions durables : allier planification et savoirs faire

Pour assurer l’efficacité des stratégies d’adaptation aux phénomènes climatiques, il faut tenir compte des vulnérabilités actuelles et futures des populations et intégrer la question du changement climatique aux cadres actuels de gestion des risques et de planification des agglomérations locales. Cela exige une approche multidisciplinaire et une démarche intégrée de gestion.

Un des défis que doivent relever le Sénégal, comme les pays voisins, est d’acquérir et de renforcer les connaissances pratiques novatrices qui mèneront à une utilisation durable de ses ressources, tout en protégeant toutes les composantes des écosystèmes pour en assurer la pérennité. Ces connaissances spécifiques, de même que les habitudes de vie et pratiques de gestion et de conservation, doivent être intégrées aux savoirs traditionnels et transmises non seulement aux décideurs-dirigeants, mais aussi appropriés par tous les acteurs clés de la communauté, sans qui aucun plan environnemental ne pourra être mis en œuvre avec succès.

Réseau environnement et SUCO travaillent sur un projet au Sénégal afin de contribuer à l’atténuation des effets des changements climatiques et à la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) au Sénégal tout en développant des solutions qui pourraient servir à toute la région et à d’autres populations dans le monde.

Renforcer la résilience des collectivités locales dans la région de Thiès au Sénégal en favorisant l’appropriation des outils pour comprendre et s’adapter aux changements climatiques constituent les buts du projet initié par Réseau environnement et de SUCO soutenu par le gouvernement du Québec.

Quel rôle pour les acteurs québécois ?

Réseau Environnement et SUCO se sont associés afin d’initier un nouveau projet qui place la lutte aux changements climatiques au cœur de la gouvernance locale du Sénégal.

Le projet « Dund ak Kéew bi », qui signifie « vivre longtemps avec l’environnement » en wolof, vise à renforcer les capacités d’adaptation et de résilience de six communes du Plateau de Thiès qui ont amorcé un processus de diagnostic et planification de leur territoire.

Rendez-vous au Carré des affaires au Salon des TEQ le 13 mars à 11 h pour entendre la conférence « L’Afrique : terreau fertile à la coopération et à l’innovation. » Cette conférence est accessible aux détenteurs d’un billet pour le salon d’exposition.

Texte par : Geneviève Meloche, conseillère sénior, StrateG International

[1] https://www.planetoscope.com/Catastrophes-naturelles/1128-nombre-de-refugies-climatiques-dans-le-monde.html

Written by Reseau Environnement