Portrait de conférencier : Justin Leroux, passionné des enjeux de justice sociale et environnementale

 

Justin Leroux est titulaire d’un doctorat en économie de Rice University, une maîtrise en mathématiques appliquées de l’Université de la Sorbonne, et d’un diplôme d’ingénieur de l’École Nationale Supérieure de Techniques Avancées (ENSTA). Sa conférence « Bonnes pratiques en matière de tarification et d’amélioration des services municipaux en eau » dans le cadre du Salon des TEQ le 14 mars prochain promet de nous faire découvrir un être passionné et épris des enjeux de justice sociale et environnementale. Il a accepté de répondre à ces quelques questions nous permettant d’en savoir davantage sur son parcours.

Qu’est-ce qui, dans votre parcours, a soulevé votre intérêt à effectuer des recherches concernant les questions de justice distributive et de partage de coûts?

J’aimerais pouvoir vous dire que c’est une générosité sans limites et une empathie pour le sort des faibles face aux décisions arbitraires des puissants. Pas du tout. Cela relève plutôt de la névrose. Déjà tout petit, je faisais des rotations entre mes toutous, une sorte d’algorithme pour déterminer avec lesquels je dormirai ce soir-là. Il ne fallait pas faire de jaloux! Voilà pourquoi le partage équitable. La tarification des services publics et l’élaboration de politiques environnementales sont, quant à elles, deux applications très concrètes mobilisant des questions d’équité.

De quelle façon vos études à l’étranger ont influencé vos sujets de recherches?

J’ai grandi en France, où les questions de justice sociale sont au premier plan, puis j’ai étudié aux États-Unis, où l’individualisme est le pilier central de la manière dont on y aborde l’économie. Depuis, je me suis établi au Québec il y a 12 ans, où je retrouve à la fois ce souci d’équité et l’importance de la liberté individuelle, ce qui correspond bien à la manière dont j’aborde mes thèmes de recherche.

Quelles sont, selon vous, les meilleures pratiques en matière de tarification et d’amélioration des services municipaux en eau?

Sans hésiter : une tarification volumétrique (eh oui, ça prend absolument des compteurs!) et autofinancée, qui tienne compte des spécificités des foyers pour alléger le fardeau des plus vulnérables. Ma présentation au Salon des TEQ prochain pourrait se résumer à ça.

Vous êtes professeur au HEC Montréal, de quelle façon inspirez-vous vos étudiants à intégrer les questions sociales et environnementales au domaine économique?

J’ignore si je les inspire, mais j’essaie au moins de les y sensibiliser. Les occasions sont assez rares dans les cours que j’enseigne, lesquels portent sur les différentes formes de concurrence et la détermination des prix. Toutefois, je pense qu’il est important pour nos étudiants de bien comprendre les comportements économiques avant de se lancer dans des prescriptions à motivation sociales ou autres. Cela permet d’anticiper certaines conséquences indésirables de propositions trop hâtives.

Justin Leroux présentera la conférence « Bonnes pratiques en matière de tarification et d’amélioration des services municipaux en eau » le 14 mars à 14 h dans la salle Économie verte. 

En savoir plus

Texte par : Tova Roy, Coordonnatrice marketing et partenariats, Réseau Environnement

Written by Reseau Environnement