février 23, 2018 Entrevues Pas de commentaire

Pour la Ville de Québec : une rue, plusieurs fonctions!

 

La réfection majeure des infrastructures est une occasion unique pour bonifier l’aménagement des rues, la qualité de vie des citoyens et l’environnement. Pour faire de bons choix, la Ville de Québec a misé sur l’approche des rues conviviales.

Conjuguée à une démarche participative, la conception des rues conviviales vise à passer d’une approche traditionnelle (considérations techniques) à une approche axée sur les milieux de vie, en tenant compte de l’interface du domaine public avec le cadre bâti, l’environnement naturel et les déplacements actifs.

Ce grand projet de transformation urbaine est réalisé entre autres par Ghislain Breton, ingénieur forestier et spécialiste de foresterie urbaine. Depuis 2014, il travaille comme conseiller en environnement pour la Ville de Québec. Il est coauteur de la Vision de l’arbre 2015-2025, responsable des études de la canopée de la ville, ainsi que coresponsable de la nouvelle démarche de rues conviviales. Il répond à nos questions :

Qu’est-ce que le concept de rues conviviales?

L’approche de rues conviviales aspire à créer un réseau de rues et d’espaces publics qui améliore la qualité des milieux de vie. Les rues dites conviviales permettent de soutenir des déplacements accessibles, sécuritaires et confortables pour :

-tous les modes de déplacement (à pied, à vélo, en transport en commun, en voiture, en camion);
-toutes les conditions personnelles (enfants, personnes à mobilité réduite, personnes âgées)
-et ce, en toutes saisons (été, automne, hiver, printemps).

Le design de la rue reste sensible au contexte et s’adapte selon le caractère, l’échelle et les besoins du quartier environnant, tout en stimulant l’identité de ce dernier. Il ne sera donc pas le même en banlieue qu’en milieu plus dense. L’approche de Rues conviviales comprend le rôle important des modes de déplacement alternatifs et actifs. Les besoins des groupes les plus vulnérables sont analysés et intégrés au début du processus, dans une planification multimodale et d’échelle humaine.

En se dotant de l’approche de Rues conviviales, la Ville de Québec souhaite soutenir la santé durable, soit le bien-être physique, mental et social de la communauté et des générations futures. Comment : en plaçant le citoyen au cœur de l’aménagement. Le but : créer un réseau de transport efficace et équitable qui encourage les déplacements actifs et multimodaux, qui augmente le confort et le sentiment de sécurité, qui soutient le développement durable et qui favorise le vivre ensemble.

L’approche se décline selon trois axes d’aménagement identitaires :

-Actives : Misons sur la « marchabilité » et l’échelle humaine pour stimuler l’intermodalité et le transport collectif. Valorisons l’activité physique pour une ville en santé.
-Vertes : Priorisons des interventions écoresponsables pour implanter des îlots de fraîcheur, augmenter la canopée, assurer la qualité de l’air et la gestion de l’eau de pluie de façon durable.
-Hivernales : Demeurons actifs à l’année, en toute sécurité. Profitons de notre hiver comme moteur d’activité, et vivre notre ville à son plein potentiel.

Quelle est la place de la biodiversité dans ce concept?

L’axe vert des rues conviviales est l’un des trois axes d’aménagements identitaires que la Ville de Québec priorise pour les projets de rues conviviales, et ce en lien avec le plan vision de l’Arbre urbain 2015-2025. Ainsi, les objectifs de canopée sont intégrés à l’approche de rue conviviale et permettent soit d’atteindre les cibles visées pour chacun des tronçons de rue ou de contribuer à l’atteinte de celle-ci. La biodiversité est très importante étant donné que chaque réaménagement de rue est adapté à son contexte. Ainsi, si dans un secteur, il y a déjà beaucoup d’une espèce, lors du réaménagement de la rue, les professionnels en architecture de paysage et foresterie urbaine vont choisir conjointement des espèces moins présentes dans le secteur pour cette rue. Nous avons actuellement une étude de biodiversité par quartier qui nous permet de bien répartir le choix des espèces lors des nouvelles plantions ainsi diminuer la proportion d’une espèce trop représentée.

En quoi cela favorise-t-il la densification verte?

Les projets de rues conviviales étant multidisciplinaires, ils permettent de créer des projets novateurs dont l’objectif est de passé d’un projet de gestion des flux de circulation à la création d’un milieu de vie. Ceci se traduit par des projets d’aménagements urbains de rue plutôt que des projets de réfection des infrastructures routières. Par exemple, le projet de la route de l’Église, premier geste concret dans le cadre du PPU plateau centre de Sainte-Foy, permet d’articuler la densification de l’artère autour de la création d’un milieu de vie inclusif pour tous les modes de déplacements (piétons, vélos, autos, transports en commun), tous favorisant les commerces (espaces-terrasses), le verdissement et l’augmentation de la canopée du secteur par la plantation d’arbres.

Rendez-vous au Salon des TEQ le 14 mars prochain dans la salle Ville durable à 14 h pour en savoir plus!

La conférence portera principalement sur l’axe vert de cette approche qui permet entre autres d’intégrer la Vision de l’arbre 2015-2025 de la Ville de Québec, ainsi que les stratégies de déminéralisation, de lutte aux îlots de chaleur, de bonification de la canopée, et d’améliorer la gestion optimale des eaux pluviales.

Propos recueillis par Geneviève David Watson, coordonnatrice communications, sensibilisation et relève chez Réseau Environnement

 

Written by Reseau Environnement